dimanche 23 mars 2014

Une reliure presque finie

Ca avance...


Je vous avais parlé il y a un certain temps de mes travaux sur le livre de la biennale mondiale de reliure de... l'année dernière. Le livre n'a pas été fini à temps pour le transmettre à la date prévue, et je suis en train d'atteindre doucement l'année de retard... 

Mais soyons positifs ! J'ai travaillé sur tout le décor du livre en mosaïque sertie, et le travail n'était pas négligeable, surtout quand la reliure et le décor du livre constituent un loisir et non une activité à plein temps.

Eh bien, voici le résultat final, toute la couverture du livre est (enfin !) terminée. Une belle victoire sur le temps :



Il ne "reste plus qu'à" finir l'intérieur du livre : charnières cuir, habillage des contre-plats et des gardes.
Le plus dur est fait...

dimanche 29 décembre 2013

Petit carnet en reliure criss-cross

Voici un bel exemple d'une reliure originale, inventée par une relieuse belge, Anne Goy :


En furetant dans les rayons de la librairie à la BNF, j'ai trouvé ce livre intéressant où Anne Goy décrit la reliure qu'elle a inventée :


Elle y décrit assez précisément les différentes étapes de réalisation et, même s'il faut parfois faire un peu preuve d'imagination sur certaines étapes, le livre est une très bonne base pour réaliser cette reliure par soi-même. Merci à Anne d'avoir pris le temps de l'écrire !
Pour bien la comprendre, rien de tel que de réaliser ce que les relieurs appellent un livre blanc, un petit carnet en somme.
J'ai donc commencé par couper des feuilles de papier et à les réunir en cahiers :


J'ai collé une feuille du papier qui sera aussi sur l'intérieur des plats devant le premier cahier et derrière le dernier cahier :


J'ai ensuite coupé et recouvert les cartons de couverture (dos, devant et derrière), j'ai calculé l'emplacement des trous qui serviront à la couture, réalisé le gabarit associé et j'ai percé chaque plat :


J'ai ensuite réalisé l'assemblage de la couverture avec la couture détaillée dans le livre - dans ce type de reliure, la couverture est réalisée avant de coudre les cahiers :


Puis j'ai recouvert l'intérieur des plats :


(je n'ai pas fait de comblage, il s'agit d'un carnet et non d'un livre, mais en toute rigueur il aurait fallu le faire).
Et enfin, j'ai cousu les cahiers à l'intérieur de la couverture :


Et voilà ! Un carnet à mettre dans son sac (de voyage, pourquoi pas ?)
Je trouve cette reliure très esthétique sur l'extérieur :


et elle a en plus le grand avantage de permettre une ouverture totale des cahiers intérieurs. L'idéal pour les notes manuscrites.
Je ne pense pas me lancer dans la réalisation d'un livre avec ce type de reliure, mais elle est idéale pour les carnets.

Je ne souhaite pas me substituer à Anne Goy et son livre, donc si vous voulez tous les détails pour la réaliser, je vous invite à consulter son livre.
Et pour avoir quelques précisions sur la création de cette reliure criss-cross, c'est ici.

Si vous la réalisez de votre côté, je suis preneuse de vos commentaires, j'ai personnellement "adapté" certaines explications du livre.
Bonne réalisation et encore merci à Anne Goy !

mercredi 12 juin 2013

Un début...

Cette année, comme tous les 2 ans, aura lieu du 25 au 29 septembre à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (78) la biennale mondiale de reliure d'art.

 Pour ceux qui ne connaîtraient pas, il s'agit de faire une reliure de création sur un livre, le même, vendu à chacun de ceux qui veulent participer.
Cette année il s'agit de "l'aiguille creuse", de Maurice Leblanc, l'une des aventures d'Arsène Lupin. Pas de la grande littérature, certes, mais distrayant.
Il fallait "rendre sa copie" pour le 15 mai au plus tard.

J'avais postulé pour cette édition, acheté le livre, relié le livre, conçu le décor et commencé le travail de décoration, mais voilà... je dois être mal organisée. Je n'ai pas fini le travail dans le délai imparti... Quand on a un travail autre que la reliure, il est difficile de tout concilier.
Mais l'expérience est toujours formatrice, je ferai mieux la prochaine fois (si je continue à participer car le prix d'achat du livre n'est pas une petite formalité et il faut que le livre plaise pour mettre tout son coeur dans sa réalisation).

Je vais quand même finir le travail, mais je vous montre les premiers résultats.
J'avais choisi un cuir (oasis) gris foncé, j'ai donc réalisé des tranches graphite assorties, sur les 3 tranches.


Ensuite, j'ai couvert en cuir et réalisé la "dorure", car c'est ainsi que cela s'appelle, des deux plats, le recto :
 et le verso :
Il y a déjà une première mosaïque car j'ai réalisé un premier rond symbolisant les gouttes de sang pour voir ce que cela donnait. car du sang, il y en a, dans l'histoire !

Maintenant commence la partie la plus ludique, découper les morceaux de mosaïque de cuir, les coller et voir arriver le décor prévu.
Je vous montrerai le résultat final...

vendredi 25 janvier 2013

Une première décoration

Je suis depuis 2 ans des cours de dorure à l'AAAV au Vésinet, afin d'apprendre comment décorer et titrer les livres que je réalise.
Après avoir travaillé sur des plaquettes, c'est-à-dire des morceaux de cuir collés sur des cartons, je suis passée à la décoration d'un vrai livre, car c'est vraiment ce qui m'intéresse.

Voici le résultat : 



Il s'agit de la comédie grecque antique Lysystrata d'Aristophane, avec une reliure à plats rapportés en oasis rouge pour les plats et noir pour le dos.

Le recto est tiré d'une illustration du livre, adaptée et simplifiée.


Le titre a été réalisé en grec, tout d'abord pour être en lien avec le titre imprimé dans le livre, qui était sous cette forme, et ensuite parce que nous disposions des lettres latines qui, utilisées dans un autre sens, donnaient des lettres grecques.
Cela ne marcherait pas pour tous les titres !

 Le verso est sorti de mon imagination, mais je n'ai pas beaucoup de mérite. En tant qu'amoureuse de la Grèce, dessiner une esquisse de temple ne relève pas de l'exploit. Par contre, tracer tous les traits parallèles... un peu !



Pour un premier essai, je suis plutôt satisfaite, mais j'apprends aussi que c'est en faisant des erreurs qu'on progresse vraiment. Se tromper et apprendre comment corriger, tout est là !

Se lancer sur un livre à plats rapportés m'a permis d'être plus "détendue". Si vraiment je faisais une erreur irréparable, je n'avais pas tout le livre à refaire, juste le plat concerné. C'est déjà ça !